Cygne noir – Cygnus atratus

Cygne noir - Cygnus-atratus Résurgence de la Laignes à Laignes - Côte d'or

Cygne noir – Cygnus-atratus Résurgence de la Laignes à Laignes – Côte d’or


Sur la résurgence de la Laignes à Laignes dans la Côte d’or.

Le cygne noir est originaire d’Australie et de Tasmanie.

Introduit comme oiseau d’ornement en Europe au cours du XIXe et XXe siècles

Il y a hybridation entre le Cygne noir et Cygne blanc qui donne un Cygne gris, logique, non. D’où le doute que j’ai sur les Cygnes noir de Laignes qui sont plutôt gris

Plus sur le Cygne noir :
Oiseaux.net
Wikipédia

Mise à jour le 11/11/2016 : J’apprends par un article du Bien Public que les 2 cygnes noirs ont été introduit par la mairie de Laignes et qu’il et elle se prénomment Victor et Victoria

Loin d’ici – La bande d’arrêt d’urgence – Compagnie – École de cirque

La Croisée des villages en association avec la CAF de l’Yonne sont heureux de vous présenter le spectacle de la Bande d’arrêt d’urgenceLoin d’ici.
Pour des raisons techniques (hauteur de plafond) le spectacle seras donné à l’Espace Christian Destrumel à Laignes (21 – Côte d’or) le samedi 3 janvier 2015 à 17h
Adultes : 4€, enfants : 2€.

Il doit normalement y avoir, quelque chose à grignoter, crêpes, galettes des rois, c’est du conditionnel, c’est des ouï-dire, et à boire.

[pdf title=”Loin d’ici. La bande d’arrêt d’urgence. Compagnie – École de cirque”]http://blog.gr-slb.eu/?attachment_id=2759[/pdf]

Bon « Vanilla PDF Embed » ne veut plus afficher les pdf, donc pour voir l’affiche, il faut la télécharger.

Reflet de l’église de Laignes

Reflet de l'église de Laignes

Reflet de l'église de Laignes

Dans la résurgence de la Laigne.

A laignes, qui conserve en sa mémoire ce vieux dicton «Beau clocher, belles fille, belle fontaine», il serait dommage de ne pas mentionner la résurgence d’une partie de la Laigne disparue comme dit précédemment pour s’acheminer en plusieurs bras sous une vallée asséchée dont l’un des parcours atteint une longueur de vingt kilomètres environ, résultat de la suspension des terrains calcaires au-dessus de nappes aquatiques.
Un large bassin agrémenté d’une nymphe recueille l’abondance des eaux avant qu’elles ne continuent de couler à l’air libre jusqu’à leur confluent avec la Seine. Dans ce bassin dit «de la déesse» luisent quelques pièces de monnaie, héritage d’un culte dont nous aurons l’occasion de reparler.

Source : page 10 de Sources et fontaines du Châtillonnais Francine Bonardot, Les cahiers du Châtillonnais, Association des amis du Châtillonnais n°186