Moulin d’Argentenay – Journées du patrimoine 2015

La scierie au lieu-dit « Le moulin »
Installé sur une dérivation de l’Armançon, le moulin utilisait la force hydraulique fournie par la rivière et ses déversoirs ainsi que par l’apport de la fontaine de Touchériau dont les eaux rejoignaient la dérivation en amont du moulin.
Moulin d'Argentenay - Atelier fer
Atelier travail du fer, la perceuse sur colonne (près de la fenêtre) date de 1903

Les moulins
On trouve une première trace d’un moulin à foulon (pour la transformation des chiffons) en 1524. Suivant les époques, il fonctionnait en moulin à farine, moulin à foulon et sans doute moulin à papier.
En 1795, on parle « du moulin et de l’usine d’Argentenay ». C’est sans doute la pénurie de chiffons qui a entraîné l’installation d’une papeterie pour remplacer le moulin à foulon. Mais en 1821 cette activité était abandonnée alors que le moulin à farine fonctionnait toujours.
Moulin d'Argentenay - Atelier fer
Atelier travail du fer

La scierie
C’est en 1826 qu’une partie du moulin est définitivement transformée en scierie de marbre et pierre (alors que fonctionne toujours, sur le même site, le moulin à farine). Le matériau de base utilisé est la pierre de Pacy. Et la scierie bénéficie du marché parisien grâce à la mise en eau du canal de Bourgogne.
Une enquête de 1833 indique que la scierie est prospère, qu’elle expédie ses produits par le canal vers Paris et qu’elle emploie une centaine de personnes. Exploitée successivement par MM Bourgeois et Gourrier, par les frères Gogois, par MM Picq, Bernier et Cie et actuellement par une entreprise indépendante, la Société Française de Marbrerie Cochois, elle est toujours en activité.

Sources : « Chroniques du temps passé » par J & G Boyer
Bulletin n°47 de la société d’Archéologie et d’histoire du Tonnerrois « Le moulin d’Argentenay » par R & E Roffin

Moulin d'Argentenay - Atelier bois
Atelier travail du bois

Laisser un commentaire