Paratonnerre radioactif – parad

[slickr-flickr tag=”paratonnerre” items=”5″ type=”slideshow” captions=”on” delay=”5″ size=”m640″]

En 1896 Antoine Henri Becquerel découvre la radioactivité en étudiant la fluorescence des sels d’uranium. Les époux Pierre et Marie Curie découvrent le radium avec au passage le polonium, en 1898, ils obtiennent avec Becquerel le prix Nobel de physique en 1903 suite à la présentation de ces travaux par Henri Becquerel à l’académie des sciences.

En 1911, Marie Curie reçoit le prix Nobel de chimie, « en reconnaissance de ses services dans le progrès de la chimie par la découverte des éléments radium et polonium, par l’isolation du radium et l’étude de la nature et des composés de cet élément remarquable. » .

Le radium comporte 88 protons, il possède plusieurs isotopes le principal étant le radium 226, le plus répandu, c’est un émetteur α (alpha) et γ (gamma), Il est extrêmement radioactif, sa demi-vie étant 1602 ans. Il fournit du radon comme produit de désintégration.

Le radium était né, sa prospérité et sa gloire allait suivre.

On peut dire que le radium a été accommodé a toutes les sauces et cela pendant des années, crèmes pour le visage, chocolat, eau, langes pour bébé (chaleur) sous vêtements (chaleur), suppositoires, l’ancêtre du viagra …

En 1914 un type décide d’améliorer l’invention de Benjamin Franklin, le paratonnerre, en effet un physicien hongrois Béla Szilard émet l’idée qu’en ionisant l’air environnant du paratonnerre cela favoriserait l’attirance de l’éclair sur le parafoudre, si un éclair devait tombé dans les environs (?) (suis je clair?). Quoi de mieux que le radium pour ioniser l’air environnante du paratonnerre. Cela entraîne la commercialisation de paratonnerres radioactifs surnommés parads.

Dés le départ il y a des doutes sur la validité du système, il est en effet très difficile de prouver son efficacité, encore aujourd’hui d’ailleurs. A partir des années 80 de nombreux pays interdisent leurs installations, mais pour certains, pas son utilisation comme la France à partir du 1er janvier 1987. Il resterait encore 40 000 parads sur le territoire français.

Les photographies qui sont en tête de ce billet montrent le parad qui est installé sur le clocher de l’église de ma commune, il s’agit d’un Helita à calotte au radium 226 fabriqué entre 1936 et 1950 à première vue (de loin) il à l’air en assez bonne état mais cela n’enlève rien à sa dangerosité.

La mairie a été prévenu « la mairie n’ayant pas jugé utile d’accuser réception de notre signalement du 25/05/2013. » elle le sera de nouveau au mois de septembre 2014.

Quoi de plus simple que d’ignorer un problème, pour que le problème n’existe pas (plus)

Liens :

Site officiel de l’Inventaire national des paratonnerres radioactifs INAPARAD http://www.paratonnerres-radioactifs.fr/
Un billet sur http://www.ecologie-pratique.org/ http://www.ecologie-pratique.org/article.php/chasse-aux-paratonnerres-radioactifs
sur Wikipédia un article sur les paratonnerres et les parads en particulier http://fr.wikipedia.org/wiki/Paratonnerre#Paratonnerres_radioactifs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.